Temps de lecture : 6 minutes

On va voir ensemble les différents critères à vérifier pour choisir un T-shirt de qualité : 🗒

 

1. Les matières

 

Quand on pense à la matière d’un t-shirt, il ne s’agit pas en fait seulement de la composition (le sacro-saint 100% coton), mais aussi du traitement de la matière (et de son tissage), et enfin de son poids (qu’on appelle le grammage)

 

– La composition

Lin : léger et respirant, mais froisse rapidement.

Coton pima et supima: des cotons de grande qualité, avec des fibres extra longues. Ces matières viennent des États-Unis, d’Australie et d’Amérique du Sud…

Le coton Supima désigne en fait du coton Pima d’origine 100% américaine. Ces cotons sont ultra durables et ne vont pas se boulocher ou s’étirer.

Coton organique : un coton cultivé avec moins de produits chimiques (engrais, pesticides etc). Il est censé être plus cher et plus doux que le coton classique. De ce que j’ai vu jusqu’à présent, on le met surtout en avant pour mieux cacher du made in India ou Bangladesh avec une tonne de labels bio et commerce équitable.

Polyester : Ne bouloche et ne se froisse pas, mais ne respire pas non plus

Rayon : L’autre nom de la viscose, une fibre synthétique. Toucher soyeux mais fait bien transpirer.

Modal : Une autre forme de viscose, qui peut boulocher rapidement.

 

– Les mélanges

Globalement, à déconseiller : les synthétiques apportent au tissu en termes de tenue et de rendu, mais vous y perdrez beaucoup sur la gestion de la chaleur.

Coton/Polyester : Utilisé pour adoucir un coton de mauvaise qualité et éviter qu’il ne bouloche trop

Coton/Élasthanne : L’élasthanne est utilisé dans une faible proportion (3 à 4%) pour permettre à la matière de se détendre et de s’ajuster à son porteur (un peu comme pour un jean brut)

 

– Le grammage

Contrairement au titrage sur les chemises et les costumes, le grammage est généralement ici synonyme de qualité et de durabilité : une matière plus légère sur un t-shirt sera moins durable.

Entre 120 et 140 grammes : ce sont les t-shirts les plus fins et les plus bas de gamme, ils sont aussi les plus légers. Ce sont des t-shirts qui dureront tout au plus deux saisons : bref, pas le meilleur investissement. N’y mettez pas plus de 20 euros.

145-155 grammes : un grammage plus standard qu’on retrouve sur la plupart des t-shirts

Plus de 160 grammes : les grammages les plus lourds, et qui exigent la meilleure qualité de matière et de tissage

Au-delà de ces observations très génériques, retenez ces quelques remarques :

– pour les t-shirts graphiques : un grammage élevé permettra un bien meilleur rendu en impression numérique, avec un résultat bien plus marqué.

– chaleur, coupe et légèreté : mieux vaut avoir un grammage élevé et une coupe aérée qu’un grammage faible (et un tissu léger) et une coupe plus cintrée. Le premier combo sera plus durable, et le second risque bien de se transformer en maillot de corps pendant les fortes chaleurs.

un t-shirt lourd aura un bien meilleur tombé, de face comme de dos : c’est important en particulier pour un t-shirt graphique dont on veut bien mettre en valeur le motif

 

– Tissage et traitements usuels

Le tricot ne me passionne absolument pas (et j’imagine que vous non plus) : j’ai donc fait mon possible pour résumer ça le plus rapidement et simplement possible sans que cet article ne devienne un guide Wikipédia.

Jersey : La maille classique des t-shirts : il s’agit d’une maille et non pas d’un tissage. Pas de chaine et de trame donc (pas comme les chemises) : un seul fil est tricoté avec une aiguille (comme un pull).

Le jersey est une maille avec deux faces : l’une lisse et l’autre avec des mailles à l’envers. La surface lisse en fait un support idéal pour les imprimés.

Enfin, il est extensible dans les deux sens. Par contre, il se replie sur lui-même : c’est pour ça qu’on utilise des bords côtes notamment au col.

jersey-envers

jersey-endroit

Côtelé : Les t-shirts en jersey utilisent des encolures en côtes : elles sont confectionnées en alternant des mailles à l’envers et à l’endroit. Le résultat est un aspect côtelé des deux côtés : ces côtes tiennent à plat et sont extensibles en largeur.

Flammé : la maille est irrégulière, car on utilise des fils d’épaisseurs différentes, le rendu est beaucoup plus brut

coton-flamme

Du coton flammé avec de très belles nuances de bleu

Coton peigné : on passe la matière à la brosse pour éliminer les bouloches et avoir des fibres longues et droite, pour un tissu à la fois plus solide et doux

coton-peigne

Du coton peigné, qui permet de retirer les fibres de la moins bonne qualité (ce qui est finalement le cas de tous les cotons de bonne qualité qu’on retrouve en moyen de gamme)

 

2. Les finitions

 

Histoire d’aller assez loin dans l’analyse, j’ai disséqué plusieurs t-shirts : un fabriqué au Portugal et deux bases de t-shirts fabriquées en Inde et au Bangladesh (que beaucoup de marques de t-shirts milieu de gamme utilisent soit dit en passant).

Les différences sont souvent flagrantes : sur l’ensemble de cette série, les deux premiers t-shirts sont fabriqués au Bangladesh et en Inde et le dernier au Portugal.

 

COL : LARGEUR ET COL DE PROPRETÉ

C’est le col que je regarde en premier pour repérer un bon t-shirt.

⚠️  Fuyez face à un col démesurément large et mal proportionné, avec des côtes grossières et ultra apparentes.

En revanche, un col plus fin requiert déjà un savoir-faire un peu plus développé, qui ne s’invente pas.

Autre détail : sur les deux premiers t-shirts, les coutures qui relient le col en côtes au jersey sont libres. Sur le dernier t-shirt, elles sont plaquées et on observe à l’extérieur une bordure supplémentaire pour les consolider (qui donne d’ailleurs un rendu plus travaillé)

col-continental-1

Un col relativement fin, mais des côtes un peu grossières

col-continental-2

 

col-stanley-1

Un col un peu plus large

col-stanley-2

col-portugal-1

Un col fin, et une seconde bordure pour plaquer et consolider les coutures

col-portugal-2

 

FINITIONS DU COL DE PROPRETÉ :

On trouve le col de propreté à l’intérieur du col : il s’agit d’une finition de plus en plus commune, qu’on retrouve à présent même sur les t-shirts made in India ou Bangladesh (ceux que les marques de t-shirt utilisent ensuite pour l’impression).

L’intérieur du t-shirt est généralement très révélateur du soin accordé à une pièce. Vous n’avez pas forcément besoin de retourner le t-shirt entièrement et vous pouvez par exemple simplement observer la jonction entre le col de propreté et les coutures.

Sur le dernier t-shirt, le col de propreté s’arrête légèrement avant les coutures pour un rendu plus propre.

finition-col-proprete-stanley

Un peu bordélique

finition-col-proprete-continental

Déjà plus propre, même si ça rajoute une sacrée épaisseur

finition-col-proprete-portugal

Une transition plus subtile

Vous pouvez sinon jeter un coup d’œil à l’intérieur du t-shirt, notamment au niveau des aisselles ou des épaules : tous ces endroits avec des jointures un peu délicats qui sont révélateurs du soin accordé à la confection. 🔎

 

 

Conclusion : Prenez bien en compte ces différents critères pour sélectionner votre T-shirt idéal qui sera prêt à être personnalisé. 👕

Partager cet article :